Pêche en méditerranée


La Méditerranée représente une zone de pêche importante. En effet, alors qu'elle ne représente que 0,8% de la surface du globe, elle concentre, avec près de 1,5 millions de tonnes, près de 2% des captures annuelles mondiales.

Cette pêche est principalement de nature artisanale. Dans les pays méditerranéens de l'Union Européenne, elle permet à 90000 pêcheurs de vivre, entretenant environ 40000 bateaux, pêchant principalement le long des côtes (inférieur à 12 milles). Ainsi, près de 80% de la flottille en méditerranée est composée de bateaux de taille inférieure à 12m, mais ne concentrant que 12% des biomasses capturées. L'essentiel de biomasse capturée l'est par la pêche industrielle qui, en Méditerranée, se compose de grands chalutiers de fond,  pélagiques et de senneurs. 


Figure 1 : Capture en mer par un petit chalutier  (Rémi Jouan - Wikimedia commons)  Figure 2 : Thonier dans le port de Saint-Cyprien (Jean Pierre Bazard - Wikimedia commons)

Figure 1 : Capture en mer par un petit chalutier (Rémi Jouan - Wikimedia commons) / Figure 2 : Thonier dans le port de Saint-Cyprien (Jean Pierre Bazard - Wikimedia commons)

 

La diminution et protection des stocks

Les volumes pêchés en méditerranée sont en constante diminution depuis plusieurs années. En 1986 près de 1,950 millions de tonnes ont été pêchées, contre 1,5 millions en 2005. La principale cause de cette forte baisse s'explique par la surexploitation des stocks. Près de 68% des stocks d'espèces sont surexploités, et 23% des stocks sont pêchés à leur maximum. Les espèces les plus affectées sont le thon rouge, l'espadon, le merlu, le rouget et l'ensemble des sparidés.

Trois principaux groupes de mesures sont envisagés ou mis en place pour limiter cette pression de la pêche sur la ressource. L'amélioration de la sélectivité des pêches permet de protéger les juvéniles pour pérenniser les stocks (contrôle de la sélectivité des engins de pêche par exemple, contrôle de la taille des captures). La gestion des stocks, entre autres par la limitation de la pêche dans certaines zones ou à certaines périodes, limite la mortalité des individus et laisse du temps aux stocks de se reconstituer. Enfin, la possibilité de contrôles renforcés complète l'arsenal législatif. Néanmoins, malgré quelques succès récents (les stocks de thon rouge semblent s'être stabilisés), un effort important de mise en œuvre et/ou de renforcement de ces mesures reste nécessaire.

 
 
L'aquaculture, une solution durable ?

La demande humaine de poissons est en constante augmentation et l’aquaculture est une alternative intéressante de lutte contre la surpêche. D’après la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), la production provenant de l’aquaculture correspond environ à 50% de la production totale pour la consommation humaine, y compris des espèces marines et d’eau douce. La pratique de l’aquaculture se développe donc à grand pas. Cependant, des inquiétudes surgissent vis-à-vis de l’impact des équipements et des infrastructures sur la faune et la flore locale. En effet, les fermes aquacoles utilisent des produits chimiques et thérapeutiques qui peuvent avoir des effets néfastes sur les écosystèmes locaux. De plus, des espèces exotiques sont parfois utilisées en aquaculture et il y a des risques d’introduction de ces espèces dans le milieu naturel, qui pourraient devenir des espèces envahissantes aux dépens des espèces locales. Il peut également y avoir des risques d’introduction d’organismes associés à ces espèces (algues, microorganismes, …), ou encore de nouveaux agents pathogènes. Les poissons élevés en aquaculture sont nourris avec de la farine et de l’huile de petits poissons pélagiques, provoquant aussi une forte pression sur les stocks de ces petits pélagiques. Enfin, la production de fortes biomasses dans des fermes aquacoles en mer, et sur des zones très localisées provoque fréquemment des pollutions organiques importantes.
 

 

  • Titre de la photo : Pêche
    Source de la photo : Rémi Jouan (Wikimedia commons)
    Pêche en méditerranée
    Description de la photo :