Développement du tourisme durable

Développement d'un tourisme durable en Méditerranée

La Méditerranée est l’une des destinations les plus prisées par les touristes du monde entier. Elle comptabilise environ 30℅ des arrivées de touristes étrangers, et 1/3 des bénéfices issus du tourisme international. On estime que ce flux de touristes en Méditerranée devrait être multiplié par deux dans les deux prochaines décennies, et donc passer de 130 millions de touristes en 1990 à 235-350 millions en 2025. Ces flux massifs de populations, localisés dans l'espace et dans le temps (saison estivale principalement) ne sont pas sans affecter de façon importante les milieux naturels de Méditerranée. Développer durablement l'urbanisation touristique et le tourisme en méditerranée constitue un des enjeu majeur du XXIème siècle pour cette région.

Deux exemples d'impact du tourisme en Méditerranée

Exemple 1 : la sur-fréquentation des milieux littoraux

La sur-fréquentation des milieux littoraux méditerranéens peut avoir des conséquences extrêmement néfastes. Citons trois exemples documentés, parmi beaucoup d'autres :

La forte fréquentation des milieux dunaires provoque le déchaussement de la végétation. La limitation de ces effets est possible en installant des réseaux de ganivelles permettant d'organiser le passage des personnes à travers la dune, limitant l'érosion.

réseau de ganivelles (Spedona – Wikimedia Commons)
Les dunes littorales peuvent être protégées par l'installation de réseau de ganivelles (Spedona – Wikimedia Commons) qui limite l'érosion dunaire, favorisée par la surfréquentation.


La surfréquentation des trottoirs à vermets sur le littoral de la Provence: ces écosystèmes sont des formations récifales calcaires d’origine biologique, construits par l’association étroite entre une algue calcaire Neogoniolithon notarisii et un Gastéropode Prosobranche Dendropoma petraeum. Le piétinement par les pêcheurs à pied et par les touristes constitue un facteur important de leur dégradation.

La navigation de plaisance: l'affluence des bateaux, le mouillage (parfois plusieurs dizaines/centaines de bateaux sur des portions très localisées de littoral) en eaux peu profondes entraine des conséquences néfastes sur les écosystèmes des fonds marins comme les herbiers de posidonies (destruction par le mouillage, pollutions subséquentes).

Exemple 2 : Le développement urbain lié à l'activité touristique

Des infrastructures sont construites en mer ou sur les littoraux sableux, afin d’aménager des ports de plaisance, des plages, zones touristiques,.... Ces constructions ont un impact important sur les écosystèmes. Beaucoup d'ouvrages ont été établis sans précaution particulière vis à vis de leur impact sur l’environnement, provoquant des ensablements d’herbiers de Posidonies par exemple. Le développement du tourisme contribue aussi à exercer des pressions environnementales fortes et saisonnières. L'activité touristique est maximale en été, au moment ou la ressource en eau est à ses plus bas niveaux, et sur des zones très localisées (activité balnéaires), entrainant des pollutions. Ce phénomène représente un défi majeur pour les collectivités locales dans la gestion de la réserve en eau et dans sa distribution, mais aussi dans l'aménagement de station d'épurations dimensionnées aux nombres de touriste à accueillir.

La ville balnéaire touristique de La Grande Motte
La ville balnéaire touristique de La Grande Motte (Jjoulie, Wikimedia Commons)


Quelques actions possibles de mise en oeuvre d'un tourisme durable

Sensibiliser les touristes à la protection du littoral, et aux conséquences de leurs actions sur les écosystèmes méditerranéens.

Développer une activité touristique plus uniformisée dans le temps: certaines stations balnéaires sont désormais de véritables "villes fantômes" en hiver, qui se remplissent en été. Une meilleure répartition touristique dans l'année permet de maitriser le développement urbain et facilite la gestion de la ressource en eau. Le développement du tourisme d'affaire/salons aux dépens du tourisme estival est une piste qui est explorée par certaines collectivités.

Développer une offre alternative de tourisme à l'écart des zones littorales. Le développement du tourisme rural dans une dynamique de développement durable (écotourisme par exemple) pourrait contribuer à désengorger le littoral, et constituer une alternative au "tout littoral, et à la trilogie Mer-Soleil-Plage".